LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DOIT DEVENIR PLUS SIMPLE !

La tendance est manifeste à l'international. Les populations sont chaque jour plus nombreuses à se tourner vers des choix durables. Les individus souhaitent voir l'impact réel de leurs choix, et en obtenir la preuve. C'est pourquoi nous devons expliquer plus clairement le fonctionnement du développement durable et le processus à l'œuvre lors de la fabrication d'un produit. Et nous devons faciliter les prises de décision.

Johanna Ljunggren, Sustainability manager

Voici donc trois facteurs clés qui sous-tendent le développement au sein des espaces intérieurs publics :

1.

UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE CLIENTS 

La nouvelle génération impose aux entreprises des conditions inédites en termes de gestion durable. Les décideurs du futur ne se contenteront pas d'acheter un label, ils veulent des preuves.

2.

EXIGENCES ACCRUES EN MATIÈRE D'APPROVISIONNEMENT

Les entreprises, les sociétés et les organisations imposent des critères de plus en plus stricts en termes d'approvisionnement durable. En votre qualité de fournisseur, il ne vous suffit pas de cocher des cases, mais bien de prouver que vous maîtrisez parfaitement la chaîne de valeur.   

3.

CERTIFICATIONS DURABLES

Les développeurs sont toujours plus nombreux à opter pour des certifications correspondant à différentes normes de durabilité, telles que le système LEED. Cette tendance se reflète dans chaque détail du projet, et ce, jusqu'au choix des meubles et des équipements.  

NOTRE SOLUTION : L'INDEX BETTER EFFECT

L'Index Better Effect est le premier outil complet pour privilégier le développement durable dans les aménagements d'espaces intérieurs. Il vous aide à identifier les divers problèmes liés au développement durable et à vérifier l'adéquation des produits par rapport aux exigences. Les produits sont notés dans six domaines différents ayant une incidence bénéfique en matière de développement durable. 

Outil en ligne – Index Better Effect

 

QUATRE TENDANCES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE SELON JOHANNA

L'évolution rapide des matériaux et l'émergence d'innovations prouvent bien que le développement durable constitue un thème qui intéresse et inspire bon nombre d'individus. Notre responsable du développement durable, Johanna Ljunggren, se penche sur quatre tendances notables. 

BON À SAVOIR :
  • L'Index Better Effect sera appliqué pour toutes les marques du groupe Kinnarps (Kinnarps, Drabert, MartinStoll, Materia, NC och Skandiform).

  • Cet outil proposé en open source est à la disposition de toutes les parties concernées (architectes, clients et concurrents), ce qui signifie que chacun peut voir comment nous évaluons nos produits. 


L'ÉCONOMIE PARTAGÉE EST EN PLEIN ESSOR

Dans le secteur de la décoration d'intérieur, nous allons aussi bientôt voir apparaître des solutions collaboratives qui s'inspirent d'applications comme Blablacar et Uber. Le partage de bureaux, de mobilier de bureau et de matériel technique est un moyen rapide et rentable de gérer les ressources de manière économique.


DE NOUVEAUX MATÉRIAUX

Les fabricants de meubles ont beaucoup à apprendre des créateurs de mode. En effet, l'industrie de la mode expérimente actuellement des fibres issues de forêts de pins suédoises et de bambous. Les feuilles d'ananas viennent, quant à elles, remplacer le cuir, et des chaussures imprimées en 3D sont fabriquées à partir de déchets plastiques provenant de la mer.


LA RÉALITÉ VIRTUELLE

La réalité virtuelle peut contribuer largement à la réduction des émissions de CO2. À l'avenir, nous serons en mesure d'offrir à nos clients une expérience de réalité virtuelle sans qu'ils aient besoin de se déplacer pour voir nos produits. Au travers de cette innovation, il sera dès lors inutile d'organiser des expositions onéreuses ou de bâtir des magasins coûteux.


LA LOCATION ET LA RÉUTILISATION DES MATÉRIAUX

En matière de réutilisation des matériaux issus de différents secteurs et contextes, nous ne cessons de nous améliorer. Dans l'industrie plastique, il est déjà possible d'utiliser différents matériaux et composants. Un autre exemple est celui des banques de plastique au Pérou et en Haïti. La population locale y apporte ses déchets plastiques et obtient du matériel et des outils en échange.