La durabilité sous toutes ses formes

Du choix des matières premières et de la conception à la qualité à long terme et au recyclage intelligent. Lorsque Kinnarps développe sa gamme de tissus, la durabilité apparaît comme une évidence. « Nos clients peuvent être sûrs que nous assumons la responsabilité de toute la chaîne », affirme Christina Calisir, Technical Manager Cover Materials.

Quelle est la priorité pour garantir que les tissus de Kinnarps soient conformes aux exigences de durabilité strictes de l'entreprise ?

« Il est impossible de ne retenir qu'un seul élément ou qu'une seule étape du processus car c'est la chaîne toute entière qui détermine le degré de durabilité d'un tissu. La durabilité est un sujet complexe qui requiert de tenir compte de nombreux principes et de ne négliger aucun aspect », poursuit Christina.

Des systèmes de contrôle

Tâchons donc de le faire et suivons au moins quelques-unes des étapes du processus. Le choix des matières premières constitue bien sûr une première étape importante et Kinnarps dispose d'outils efficaces pour évaluer les performances environnementales des tissus.

« Environ la moitié de nos tissus sont fabriqués à partir de matières naturelles et sont naturellement ininflammables, et tous nos tissus standard répondent aux normes les plus strictes du marché en matière d'environnement mais aussi souvent de sécurité », explique Christina.

L'obtention de tissus durables dépend également de la sélection de fournisseurs compétents, et Kinnarps travaille actuellement essentiellement avec des entreprises européennes.

« L'expérience nous a montré que cela nous permettait de mieux contrôler chaque aspect de la durabilité étant donné que nous partageons certaines règles et normes. Il est aussi important que les fournisseurs soient rapides et sûrs », ajoute Christina.

Elle souligne également que le travail de durabilité implique une responsabilité commune et que Kinnarps doit voir ses fournisseurs comme des partenaires.

« Nous aimons collaborer étroitement avec d'autres intervenants, à la fois au sein de l'industrie du mobilier et à l'extérieur. Cela implique d'être transparent et de comprendre que nous devons apprendre les uns des autres. »

Esthétique et durabilité

Autre étape importante pour obtenir un produit durable : sa conception. Les considérations esthétiques vont ici de pair avec des facteurs tels que la durabilité du tissu, les systèmes de gestion des déchets et les procédures de recyclage des matières premières à la fin du cycle.

« Si le client veut et peut utiliser nos produits longtemps, il contribue à réduire leur impact environnemental ; motifs, couleurs, qualité et flexibilité sont ainsi interconnectés. L'essentiel est de concevoir les produits dans une optique de durabilité », conclut Christina.

Kinnarps a par exemple développé des outils et méthodes visant à utiliser le plus possible de la matière première brute et à réutiliser les déchets inévitables. Une partie des déchets de tissu est par exemple employée comme matériau de remplissage pour nombre des panneaux acoustiques de la marque. 

Une responsabilité sur toute la chaîne

Les phases de fabrication et de distribution sont soumises aux mêmes exigences strictes de durabilité applicables à tous les produits Kinnarps, et doivent notamment permettre les mêmes possibilités de rénovation, de modernisation et de réutilisation, dans l'optique de contribuer à une économie circulaire.

« Les choses bougent vite dans ce domaine, et nous n'aurons jamais fini, mais l'essentiel est que nous assumions la responsabilité de toute la chaîne et collaborions avec nos partenaires, nos clients et les autres intervenants afin de développer des solutions durables à long terme », résume Christina.

SAVIEZ-VOUS QUE :

    • 69 %

    • des textiles de la gamme Kinnarps ont reçu l'écolabel européen ou le label Oeko-Tex. 
    • 96 %

    • des déchets de production de Kinnarps sont soit recyclés soit utilisés pour produire de l'énergie. 
      • 50 %

      • des panneaux acoustiques de Kinnarps sont composés de matériaux recyclés, dont 25 % sont issus des déchets de tissu de la production interne. 
    • 79 %

    • des fournisseurs à haut risque de Kinnarps ont été inspectés.